quarta-feira, 1 de outubro de 2008

O islamismo, o laicismo, o anti-imperialismo e o resto

O testemunho de uma feminista iraniana sobre a esquerda que, a pretexto do anti-imperialismo, se torna complacente com o islamismo.

  • «(...) Le débat faisait rage : socialisme ou système islamique ? D’après nos interlocuteurs islamistes, l’islam permettait de réaliser le bien que procurerait le socialisme, mais, en plus, grâce à la foi en Dieu et au Prophète, on connaîtrait aussi la sérénité ! Tous ceux qui se disaient athées ou de gauche ne croyaient pas un mot de ces discours répétitifs. Mais, les événements prirent un cours accéléré en faveur des mouvances islamistes, quand Khomeini arriva à Neauphle-le-Château, le 8 octobre 1978. Mes copines, qui jusqu’ici avaient résisté au voile, ont succombé les unes après les autres. Je leur disais: « Ne faites pas ça, vous allez le regretter. Aujourd’hui vous le portez volontiers, mais demain, s’ils arrivent au pouvoir, vous ne pourrez plus l’enlever ». Elles répondaient que ce n’était pas vrai, que ce n’était qu’un signe de solidarité contre le shah et sa politique pro-américaine, et qu’une fois la démocratie établie, elles pourraient vivent comme elle l’entendraient. Elles étaient ensorcelées, même plus : enivrées. Rien ne les ramenait à la raison. Après la victoire de Khomeini, son premier combat fut contre les droits des femmes, pour l’obligation progressive du port de voile en particulier.
    ###
    En 1991, l’année où je suis arrivée en France, je m’étonnais toujours, mais cette fois à cause de l’attitude de mes camarades français de gauche face aux militants de l’islam politique. Leur tolérance et leur silence, de mon point de vue, n’étaient qu’une démission intellectuelle prenant l’excuse de la démocratie. Je leur expliquais bien qu’il fallait débattre avec les islamistes mais dénoncer leurs idéaux, et qu’il ne fallait pas les laisser séduire les gens exposés, surtout pas les femmes, bref que c’est vraiment dangereux. (...) La totale étrangeté, pour moi, c’était de constater que, mis à part de quelques petits groupes de gauche, la gauche européenne, disons la gauche réellement à gauche, dans son ensemble, appréciait « l’anti-impérialisme » des ayatollahs. Or, cette opposition entre mollah et Américains n’est parfois qu’une parodie de dispute car tous soutiennent le principe essentiel du capitalisme et se comportent, au pire, en impérialismes rivaux. (...)» (Azam Devisti na Gauche Républicaine)